2 CV Magazine n°133 : 2 CV AZA 1963

Tous les deux mois, nous nous posons la même question : « Et si nous mettions une Dyane en couverture ? » À plusieurs reprises, nous sommes passés à deux doigts de le faire, mais nous n’avons pas osé. Pourquoi ? Parce que nous craignions de décevoir les « purs et durs », les gardiens du temple, ceux qui estiment qu’en dehors de la 2 CV, il n’y a point de salut. Ceux qui considèrent les dérivés comme quantité négligeable. Nous ne forçons pas le trait. Nous sommes même en dessous de la réalité. Vous êtes nombreux à nous reprocher de parler « d’autre chose que de la 2 CV » quand nous sortons des sentiers battus. Nombreux à nous rappeler que ce magazine a été conçu autour d’une voiture, entièrement à sa gloire, et qu’il serait indécent de rompre le pacte conclu un jour de mars 1998 lorsque 2 CV Magazine fut lancé.

Cette année, nous avons décidé de tenter le coup. C’est la Dyane qui partira en éclaireuse. C’est elle qui fera la couverture de 2 CV Magazine
avant la fin de l’année. Nous la cherchons déjà. Nous la trouverons, c’est certain. Nous aimerions un moteur 602 cm3 (non que les 425 ou 435 cm3
soient moins nobles), parce que nous estimons que ce modèle a atteint sa pleine maturité avec cette motorisation. Nous en connaissons des Jaune Cédrat, Mandarine, Rouge de Castille… Je crois qu’une jolie Dyane, d’une couleur bien vive, ne dépareillerait pas sur une couverture.

C’est fou à quelle vitesse les mentalités changent. À commencer par la nôtre. La Dyane fut longtemps considérée comme un « faire-valoir »
dans le monde Deuchiste. Quand les prix de la 2 CV ont pris de l’altitude, jusqu’à devenir inatteignables pour le commun des mortels, la Dyane
a fait office de valeur refuge : « Tu ne peux pas rouler en 2 CV ? Roule en Dyane ! Tu verras, c’est presque la même chose ». Jusqu’à ce que
l’on s’aperçoive que cette voiture était pétrie de qualités et supérieure à la 2 CV dans pratiquement tous les domaines.
Sauf dans ceux du « paraître » et de « l’apparaître » où la concurrence, convenons-en, est particulièrement déloyale. La 2 CV a derrière elle plus d’un demi-siècle d’apparitions au cinéma, à la télévision, dans les magazines et surtout dans les esprits. Vous dites « 2 CV » et l’on vous répond « génial, cool… » ou quelques interjections du même genre. Vous dites « Dyane », et l’on ne vous répond rien du tout. Les profanes ne connaissent pas (normal, c’est le destin du profane de n’y connaître rien), les pseudo spécialistes font la moue et les autres (ils sont nombreux) se demandent
ce que l’on peut bien trouver à une drôle d’auto qui a le goût d’une 2 CV, l’odeur d’une 2 CV et n’est pas une 2 CV.

Heureusement, il reste « Nous ». « Nous », les authentiques qui connaissons la Dyane depuis longtemps ou l’avons découverte tardivement. « Nous » qui savons que c’est une voiture fantastique, confortable, silencieuse, rapide, sûre (considérations à replacer dans le contexte des années 1970-1980, cela s’entend). « Nous », enfin, qui apprécions cette ligne désuète au point d’en devenir émouvante, ces vitres avant coulissantes qui ne marqueront pas notre avant-bras à vie à force de lui retomber dessus, cette visibilité supérieure à celle de la 2 CV, cette position de conduite moins fatigante. Et finalement, ce côté « contrefrime » qui est la marque de l’élégance totale. Voilà pourquoi il faut vous attendre à voir une Dyane en couverture d’un très prochain numéro. Tant pis si cela ne marche pas. Au moins aurons-nous essayé.

Philippe Hazan, rédacteur en chef

Au sommaire de ce n°133 de 2 CV magazine :

Pièce d’identité : 2 CV AZL, belge 1956
2 CV Soleil « Réplique n°2 »
Essai: 2 CV AZA 1963
Archives Citroën : Salon de Paris 1964
Catalogue d’époque Janvier 1971 : Ami 8 Berline, Break et Break Service

Retrouvez le sommaire complet et achetez ce numéro en version papier ou numérique sur hommell-magazines.com