2CV magazine n°125 : 2 CV 6 Charleston 1981

Citroën n’est pas un constructeur comme les autres. Nous ne voulons envoyer de fleurs à personne, flatter, encenser, voire flagorner, comme certains mauvais esprits pourraient l’imaginer. Simplement, les choses doivent être dites : l’énergie déployée par L’Aventure Peugeot Citroën DS pour perpétuer le souvenir de modèles emblématiques nous comble et nous rassure. L’anniversaire des 70 ans de la 2 CV, à ce titre, est largement significatif. Il eut été facile de le survoler. Deux ou trois communiqués de presse, et l’affaire était entendue. Cette manière de “cultiver le moderne sans oublier l’ancien” est exemplaire. Citroën aime les collectionneurs, la voiture ancienne et tout ce qui va avec. Nous le savions, évidemment, mais depuis quatre ans, le phénomène a pris une ampleur et une surface inespérées. Autour de son patrimoine, le constructeur a bâti une véritable communication, une marque de fabrique qui véhicule un message clair : « Ce que nous sommes aujourd’hui, nous le devons à ce que nous étions hier ».

Pour la confiner dans des musées que personne ne peut visiter, à quoi servirait une collection comme en possède Citroën ou Peugeot ? À rien. Nous sommes d’accord. Autour de leurs patrimoines respectifs existe aujourd’hui une structure dont l’objectif est triple : venir en aide, par tous les moyens, aux propriétaires d’anciens modèles. Se “montrer” partout, dans des manifestations d’importance comme dans la plus confidentielle des réunions de clubs. Enfin, permettre au public d’accéder aux remarquables collections du groupe PSA. Une visite au Conservatoire Citroën d’Aulnay-sous-Bois ou au Musée de L’Aventure Peugeot, croyez-nous, ne s’oublie pas en un quart d’heure !

Au dernier Salon de l’Auto de Paris – que nous adorons désigner de ce nom suranné –, une 2 CV Fourgonnette était exposée sur le stand Citroën. En hauteur, à la verticale, afin que personne ne puisse l’ignorer. Le constructeur aurait pu se contenter d’un clin d’oeil appuyé au Salon 1948 où la première 2 CV affronta – c’est le cas de le dire – le regard du public. Il fallait faire autre chose que “marquer le coup”. Citroën Heritage a donc restauré intégralement cette camionnette, aux seules fins de la montrer aux visiteurs de la porte de Versailles. « Aujourd’hui, nous sortons le C5 Aircross, mais la Traction, la 2 CV, la DS, c’était nous aussi. » Le passé n’est pas une posture : c’est un phénomène solidement ancré dans le présent de l’entreprise.

Au mois de juillet 2019, la marque fêtera son centenaire. Tous les clubs Citroën travaillent sur ce projet depuis un an, assistés, entourés, conseillés par la maison-mère qui s’est impliquée directement dans ce que l’on nomme déjà “Le Rassemblement du Siècle”. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : La Ferté-Vidame, en Eure-et-Loir. Ce nom est indissociablement attaché à l’histoire de Citroën. Avant de devenir le centre d’essais du groupe PSA, cette propriété de 812 hectares, acquise en 1938, abrita les secrets les plus intimes du constructeur le mieux protégé au monde. Du moins, le pensait-il. Deux jours avant l’ouverture du Salon 1948, il aura suffi d’un escabeau juché sur le toit d’une Traction pour qu’un photographe surprenne, au-dessus du mur d’enceinte, la première 2 CV en essais !

Philippe Hazan, rédacteur en chef

Retrouvez le sommaire complet et achetez ce numéro en version papier ou numérique sur hommell-magazines.com