Raid Danube 2016 : 15 jours en 2 CV

raid-2cv-danub-2016Le 28 avril 2016, soixante-dix Petites Citroën sont parties de Noyal-sur-Vilaine, près de Rennes, et ont traversé la France, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie à travers routes et chemins de traverse, avec retour en France le 15 mai. Pour son dixième anniversaire, NOREV (Noyal Organisation Raid Evasion) organisait le raid Danub, la dernière grande aventure du XXIe siècle en 2 CV et dérivés. Voici le carnet de bord de Jean-François Mauboussin, membre de l’assistance, photographe… et envoyé spécial.
Texte et photos : Jean-François Mauboussin

Grâce à des road-books dignes de ceux du Paris-Dakar (au niveau de la précision), nous avons parcouru des régions splendides, peu fréquentées par les touristes, voire pas du tout. Cette flotte de soixante-dix 2 CV Berlines et Fourgonnettes (sans parler des Acadiane) se déplaçait avec pas moins de dix véhicules 4×4 d’assistance, plus trois semi-remorques transportant l’intendance et les malles des participants (pour alléger les voitures), les pièces mécaniques de rechange, l’atelier, les repas du matin et du midi, ainsi que deux camions 4×4 d’intervention. Deux médecins faisaient partie de l’expédition pour la “bobologie”. Soit un encadrement de 30 personnes. Un commando rompu aux coups durs et entraîné comme personne, chargé de veiller sur 140 participants et suiveurs.

Jeudi 28 avril 2016 Noyal-sur-Vilaine (France)–Aoste (Italie)
Les premiers concurrents s’élancent de la place de la mairie de Noyal-sur-Vilaine (en Bretagne) à 17 h pour rejoindre Aoste, le lendemain soir, dans le nord-ouest de l’Italie. Certains s’arrêtent du côté de Vierzon ou Bourges pour dormir quelques heures. Les équipages sont composés pour moitié de “bleus” et pour moitié “d’anciens combattants” racontant invariablement, le soir au bivouac, leurs aventures vécues sur de précédents raids. Il y a sept équipages entièrement féminins, soit 37 femmes au total. Grâce à l’assistance mise en place par l’organisation, pas besoin d’être mécanicienne ou mécanicien (même si c’est toujours préférable).

Vendredi 29 avril 1re étape de liaison
Soleil radieux avec une température de 16 degrés seulement. Il ne faut pas trop forcer sur les mécaniques, car la route est encore longue et une grosse surchauffe peut être fatale au moteur. En fin d’après-midi et après avoir traversé le tunnel du Mont-Blanc, nous rejoignons le camping de Sarre, en Vallée d’Aoste.[...]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°112 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.