L’autre 2 CV

2-CV-vertAprès une journée passée avec Benjamin Feriaud, on comprend mieux pourquoi la Dyane est en train de séduire de plus en plus de passionnés de voitures anciennes, qu’ils soient ou non inconditionnels de Citroën. Ils trouvent chez elle ce qui n’existe pas sur la 2 CV : le confort, le silence et les performances. Avec, en supplément, ce charme désuet et imperceptible qui n’appartient qu’aux modèles qui jouèrent les seconds rôles durant leur carrière commerciale. Mais l’heure de la revanche a sonné.
Texte : Philippe Hazan – Photos : Sven Nilssen

Ce qu’il s’agit de comprendre, lors- qu’on parle de la Dyane, c’est que sa “soi-disant” mauvaise réputation ne lui est pas tombée dessus comme ça, d’un coup, le 11 juillet 1967 à la sortie du premier exemplaire des usines de Levallois-Perret. Disponible dans les concessions dès la fin du mois d’août de la même année, la Dyane fut bien accueillie par une clientèle qui la trouvait, certes, un peu plus chère que ne l’étaient les dernières 2 CV AZAM (dont les versions à embrayage centrifuge frôlaient les 6 000 francs à la fin de l’année 1966), mais surtout plus confortable et plus silencieuse. C’est à l’intérieur de la mai- son Citroën que la Dyane n’était pas appréciée. Pas à l’extérieur. On connaît le déroulement des opérations de torpillage en interne, quai de Javel, destinées à casser sa carrière commerciale dans l’œuf. Point n’est besoin de revenir sur cet aspect des choses. Au Salon deParisd’octobre1967, la vague rumeur était devenue confirmation: la Dyane remplacerait la 2 CV dans un avenir proche, que les vendeurs étaient d’ailleurs bien incapables de matérialiser. Il n’y a que dans la France profonde marquée par la 2 CV comme on peut l’être au sortir de la guerre par sa première voiture que cette disparition programmée fut considérée comme un drame. Ailleurs, dans les grandes villes ou à leurs périphéries, là où Citroën disposait de grosses concessions, la Dyane était vue comme une curiosité censée apporter un peu de modernisme, bien que son allure fût jugée indéniablement moins esthétique que celle de la 2 CV.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°110 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.